Twitter

16

May
Ensemble conjuguons nos forces, expériences, connaissance et énergie pour que vive le volontariat et la solidarité Internationale pour un développement durable 14/04/2021 - Experience de Mission de Leana Lire la suite ... 10/04/2021 - Témoignage Orphelinat de Kohé (Togo) Lire la suite ... 16/03/2021 - 2021, Témoignage d'une enseignante française au sein d'une école primaire et d'un orphelinat Lire la suite ... 23/02/2021 - Orphelinat de Kohé (Togo) Lire la suite ... 23/02/2021 - Orphelinat de Kohé (Togo) Lire la suite ...

Actualités Missions de Volontariat » 2021, Témoignage d'une enseignante française au sein d'une école primaire et d'un orphelinat

Témoignage de mon passage dans une école primaire de Lome et un orphelinat
Voici quelques lignes sur ma mission au Togo qui s’est déroulée du 09 novembre 2020 au 26 janvier 2021. Je m’exprimerai tout d’abord autour de mon travail au sein d’une école privée (elles le sont pour la plupart) et des manques manifestes de moyens puis je développerai mon action au sein d’un orphelinat. J’évoquerai pour chaque mission mes objectifs de partenariat envisagés.

Pour commencer, je souhaite rapporter ma profonde satisfaction non seulement quant à l’ensemble de l’équipe encadrantre surplace mais également aux deux structures qui ont bien voulu m’accueillir.
J’ai bénéficié de soins tout particulier, nourri et logé, et d’une relation extrêmement généreuse de la part des locaux, de sourires, de discussions et d’échanges cordiaux. Que ce soit Lukas, mon accueillant, qui a été professionnel du début à la fin et était à mes côtés 24H/24, le directeur de l’école, d’une facilité de discussion ou encore maman Laetitia du centre. Tous ont été d’une grande bienveillance à mon égard et nous avons pu faire évoluer nos discussions autour des problèmes rencontrés par chacun mais aussi des réussites et des satisfactions personnelles, fiers d’être togolais (es).
En ce qui concerne l’école, j’ai pu choisir et donc intégrer la classe de GS, le mercredi, la classe de CP1 le lundi et mardi puis la classe de CM2, le jeudi et vendredi. Chaque enseignant était ravi de pouvoir me montrer son travail, de pouvoir confronter nos savoirs, notre pédagogie et de travailler de manière complémentaire pendant ces presque 3 mois.
*J’ai pu réaliser une lecture d’albums (apports personnels) avec les CM2 en les amenant à réaliser une présentation à haute voix devant la classe de 6ème. J’ai laissé à l’enseignant un jeu de cartes personnel sur les verbes afin de travailler la conjugaison en s’amusant. J’ai aussi donné des affichages de grammaire qu’il a aussitôt accrochées au mur.
* Au CP1, nous avons appris une dizaine de chants et travailler le dessin sur ardoise ainsi que l’écriture cursive. Les modèles de lettres n’étant pas toujours les mêmes qu’en France, je n’ai pas insisté pour imposer un style sans pouvoir avoir de suivi ultérieurement. Je constate qu’il manque cruellement de matériels, comme des craies, des ardoises en bon état, un tableau propre pour la maitresse, du matériel pour manipuler en mathématiques, mais aussi en lecture … Cela m’amène à réellement vouloir trouver une solution pour cette école. Dès lors, je me lance dans la recherche de partenaires, d’entreprises françaises considérant leurs atouts comme une force pour permettre à cette école d’offrir plus de moyens aux enseignants mais aussi et surtout revaloriser leur salaire. En effet, 25000Fcfa par mois c’est trop peu par rapport à d’autres écoles du secteur, et c’est réellement pas assez pour vivre. Ce n’est pas digne d’un enseignant, qui a effectué des études, qui possède un véritable parcours universitaire. Son statut n’est pas reconnu. Je souhaite, dès lors, utiliser mon temps libre à cette vocation, à savoir agir ensemble pour grandir plus vite.
* J’ai également passé d’agréables matinées, le mercredi, avec la classe des petits, 3-5 ans avec « Tata Imma ». Son dynamisme, sa gaieté, ses chants et tout son investissement m’ont fait chaud au cœur. Elle est dévouée à ses élèves malgré un salaire mince, des conditions de travail médiocres, des déplacements longs et pénibles pour elle entre son domicile et son lieu de travail (debout à 4H30 du matin..). Dans sa classe, il n’y a pas de « blocs-logics » (= pièces géométriques de couleurs ), elle les a fabriqués elle-même en carton. Il n’y a pas de petites tables pour y entreposer les différents « coins » (cuisine ; jeux ; poupées ; maths ; sieste..) Il manque des cahiers pour les élèves, la colle pour élèves c’est rarissime, les « bic»(s), ils ne fonctionnement pas toujours, les feutres et les crayons de couleurs sont rares…. et les feuilles blanches quazi inexistantes…. J’ai offert à cette enseignante des pinces à linges et je lui ai montré toutes les possibilités qu’offre cet objet. Les CM2 m’ont aidé à confectionner des petits cartons sur lesquels j’ai écrit les chiffres de 1 à 5 en numérique, en constellation, en nombre d’objets, en doigts (…) Toutes ces formes afin d’associer une quantité de pinces à linges à accrocher au carton et le symbole associé sur le carton. L’émotion était forte !

Pourtant, je constate que les besoins sont encore énormes et qu’ils ont été rapportés à leur fondateur (= le directeur de cette école privée) mais ce dernier ne peut rien faire de plus qu’écouter les doléances de l’ensemble des professeurs. Je me suis entretenue avec lui et j’ai pu constater que c’est un homme dévoué pour son équipe et malgré les avis partagés au sein de l’équipe, il semble que ce fondateur aimerait changer les choses mais qu’il n’a aucun pouvoir financier pour avancer. Je ne sais pas qu’elle est mon pouvoir d’action mais je souhaite tenter quelque chose. J’ai la chance d’être en France et de travailler dans de bonnes conditions. Je voudrais partager cela et permettre à d’autres de le vivre. Dès lors, cette idée de partenariat serait une aubaine. Maintenant, il me reste à trouver ces entreprises ou ces écoles généreuses ! Le chemin sera long mais je ne baisserai pas les bras.


Je souhaite maintenant m’exprimer autour de ma mission à l’orphelinat de Lome où j’ai été accueillie avec beaucoup de bienveillance.
Mon travail autour des devoirs avec les enfants étaient extrêmement gratifiant au vue de la grande motivation de chacun à accepter mon aide et parfois la charge supplémentaire de travail que je leur demandais ! Nous avons dessiné les maths dans le sable, travailler les dizaines et les centaines avec les feuilles des arbres, effectuer un filtre à charbon pour filtrer l’eau avec les matériaux disponibles à l’orphelinat et nous avons même fabriqué un jeu de UNO. De vrais moments de plaisir. Beaucoup de temps de lectures mais aussi de parties de football dans la rue ou encore de danses. Les enfants m’ont permis d’assister à leur moment de prière, un véritable cadeau pour moi, complètement novice dans ce moment de recueillement. J’ai également pu partager le repas de Noël avec eux, vivre la féérie de se retrouver autour de danses africaines au son du Tam Tam sans aucun cadeau. Quelle surprise que de constater que Nôel se fête sans cadeau et avec beaucoup d’amour pourtant ! Les « enfants » baignaient dans la joie et le bonheur d’être ensemble, de danser et de se faire des accolades. Maman Laetitia a su capter et capte encore l’attention de chacun pour leur transmettre des valeurs d’humilité profondes. Elle a également pris de son temps pour échanger avec moi et me bercer de douces paroles, qui résonnent encore en moi aujourd’hui.
Par ailleurs, je souhaite remercier l’association JVSI car, grâce sa participation financière, j’ai pu réaliser deux sympathiques ateliers de cuisine avec les enfants de l’orphelinat : d’une part des « crumbles » à l’ananas et d’autres aux plantains et d’autre part des fondants au chocolat. L’aventure de cuisiner loin de chez soi, dans des casseroles, un four et des ustensiles différents était totale….le temps de cuisson multiplié par deux, un gâteau bien noirci, l’autre pas cuit…….bref l’aventure mais au final, des sourires jusqu’aux oreilles au moment de déguster.
Mes larmes, je les ai retenues. Mais cette émotion forte que j’ai pu vivre lors de tous ces moments de partage m’ont véritablement transformé et rempli d’un bonheur profond qui aujourd’hui m’anime encore et me fait vibrer chaque jour. Je sais maintenant pourquoi je me lève le matin, je sais pourquoi je suis sur cette terre. Je suis là pour aider les autres, non pas qu’ils soient dans le besoin d’une autre vie, d’un autre milieu. Bien au contraire, ce sont eux qui m’ont apporté de la joie dans mon cœur, ils sont formidables ces enfants. La communauté togolaise en général a été une réelle rencontre positive. Ils m’ont simplement permis de croire en moi et m’ont convaincu de mes compétences sociales, que manifestement, je n’arrivais plus à mettre en œuvre ici en France. Le besoin est simpliste mais indispensable à une vie différente. Nous devons être leur tremplin afin qu’il puisse sauter plus haut et plus loin.

Face à cette générosité si naturelle de ces enfants, je souhaite leur exprimer ma gratitude en créant un véritable parrainage entre les 22 enfants du centre et des personnes de France. J’ai déjà pu obtenir un passage à la radio locale de chez moi et de véritables âmes sensibles ont répondu présentes à mon projet. Dès lors, je vais mettre en forme un projet simple où les dons des volontaires seront utilisés uniquement à des fins de financement de la scolarité des enfants. Mon principal objectif est de leur donner toutes les chances d’accéder à la formation à laquelle ils aspirent, de pouvoir aller à l’université face à une motivation déterminée et de réelles compétences. Cela leur permettra de prendre un vrai virage dans leur vie et ainsi créer toutes les conditions pour leur permettre de bénéficier d’un avenir où ils pourront construire un foyer et vivre et non survivre. J’envisage à long terme à me rattacher à une association dont les compétences sont reconnues afin de ne pas être en doublon sur ce genre de projets mais aussi pour répondre aux mieux aux démarches déjà entamées de maman Laetitia avec d’autres partenaires, personnes, familles.



Karine BOSCHERT, volontaire de JVSI
Tel : 0682447199
Email : maitressekarine1jour@gmail.com
Enseignante et mise en disponibilité pour une année